Communiqué de presse

 

Projet « 1% pour l’électrification de l’Afrique »

 

Rio de Janeiro (Brésil), le 22 juin 2012 – Le Conseil mondial de l’électrification durable communique.

 

Une vraie avancée à Rio+20 : l’énergie pour tous s’est affirmée comme le sujet nouveau dans les débats. Le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon s’est personnellement impliqué pour affirmer que la priorité de son mandat est l’accès à l’électrification à partir d’énergies renouvelables de 1,3 milliard d’êtres humains encore dépourvus dans les pays vulnérables.

 

L’accès à l’électrification durable se situe au croisement des deux grands axes de solidarité internationale qui ont mobilisé les Nations Unies depuis deux décennies : l’éradication de l’extrême pauvreté ; la maîtrise du changement climatique. Car, même en quantité limitée, l’électricité permet de rompre le cercle vicieux de l’extrême pauvreté : l’éclairage ; le téléphone, internet et la télévision ; l’eau potable ; la réfrigération pharmaceutique et alimentaire ; la modernisation agricole ; l’artisanat ; etc. C’est à dire l’éducation, la santé, le développement économique, le maintien des populations dans les campagnes, au coeur des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

 

Mais l’électrification ne passe pas le seuil de rentabilité commerciale des entreprises et des marchés financiers. Pour combler l’écart, il faut mobiliser les investisseurs et des ressources nouvelles et additionnelles.

 

Introduit à l’occasion du side-event Access to sustainable electrification tenu à Rio+20, le Conseil mondial pour l’électrification durable affirme son ambition de réunir les acteurs intéressés, mobilisant le partenariat des entreprises, des autorités de régulation, des usagers du service public de l’électricité, des collectivités locales, des syndicats, des ONG…

 

Un premier projet à étudier : une Convention internationale par laquelle les pays industrialisés s’engagent à instituer dans leur régime national de régulation un dispositif autorisant les compagnies de service public d’électricité à allouer une fraction du tarif pour subventionner des fondations d’électrification à but non lucratif, dédiées au développement de projets d’électrification éligibles au Mécanisme de Développement Propre dans les pays vulnérables. Avec 1% du tarif, il sera possible d’assurer l’accès universel pour l’Afrique à l’horizon 2030.

 

La proposition s’inscrit dans le cadre des investissements solidaires et des engagements volontaires, sans taxation et sans bureaucratie. Vingt ans après le Sommet de la Terre de Rio, il s’agirait de l’amorce d’un bien public mondial, permettant la réalisation concrète des objectifs de solidarité internationale climat et pauvreté.

Le Conseil Mondial de l’électrification durable, initiative française, a suscité une forte adhésion à l’occasion de Rio+20.

Association Française de Loi 1901 - Statut Consultatif Ecosoc à l'Organisation des Nations Unies

Identification R.N.A. : W751216189

80 rue de Lille - 75007 Paris FRANCE