Manifeste

Manifeste pour atteindre l’électrification universelle à l’horizon 2030

L’accès à l’électrification à partir d’énergies renouvelables se situe à la convergence des deux grands objectifs de solidarité internationale qui ont mobilisé les Nations Unies depuis deux décennies : l’éradication de l’extrême pauvreté ; la maîtrise du changement climatique.

 

La Conférence de Copenhague et le Fonds vert pour le climat ont ouvert la voie, que Cancun et Durban ont confirmée. Aujourd’hui, l’accès universel à une énergie moderne et durable est identifié comme une condition essentielle du développement des régions les plus pauvres de la planète.

 

L’accès à l’électricité même en quantité limitée permet de rompre le cercle vicieux de l’extrême pauvreté : l’accès à l’éclairage ; aux moyens de communication modernes ; à l’eau potable par pompage des eaux souterraines ; à la réfrigération pharmaceutique et alimentaire ; à la modernisation agricole ; à l’artisanat ; etc. C’est à dire l’accès à l’éducation, à la santé, au développement économique, le maintien des populations dans les campagnes qui sont au coeur des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

 

Cependant, les investissements restent inférieurs aux niveaux requis pour l’électrification universelle. Le Mécanisme de développement propre (CDM), créé par le protocole de Kyoto, ne bénéficie pas aux populations les plus pauvres : sur un total de 3952 projets enregistrés au CDM Board à ce jour, seuls 85 sont situés en Afrique, et seulement quelques-uns dédiés à l’énergie. La plupart de projets dédiés à l’électrification rurale des pays les moins avancés ne passent pas le seuil de rentabilité des entreprises d’électricité privées et des marchés financiers. Combler les retards financier et entrepreneurial nécessite des ressources nouvelles et additionnelles et la mobilisation d’investisseurs nationaux comme internationaux.

 

Le Conseil mondial de l’électrification durable, ONG dédiée au rassemblement des acteurs concernés par l’objectif de l’accès universel et l’enjeu du développement des sources renouvelables dans les pays émergents, appelle à la signature d’une Convention internationale instituant le Mécanisme d’Accès à l’Électrification Durable (ou CDM PLUS) : « Les pays signataires de l’Annexe B s’engagent à instituer dans leur régime national de régulation un dispositif autorisant les compagnies d’électricité régulées à allouer une fraction du tarif pour subventionner des fondations ou organisations à but non lucratif dédiées au financement du développement de projets d’électrification éligibles au Mécanisme de Développement Propre dans les pays vulnérables. »

 

La proposition s’inscrit dans le cadre des engagements volontaires, mobilisant le partenariat des entreprises, des autorités de régulation, des usagers du service public de l’électricité, des collectivités locales, des syndicats.

 

Vingt ans après le Sommet de la Terre de Rio où la Convention Climat fut énoncée, le projet CDM PLUS permettra de transformer les objectifs de solidarité internationale en réalisations concrètes, apportant des kilowattheures durables, propres et mesurables à des populations à ce jour dépourvues d’accès.

Association Française de Loi 1901 - Statut Consultatif Ecosoc à l'Organisation des Nations Unies

Identification R.N.A. : W751216189

80 rue de Lille - 75007 Paris FRANCE